Un bol d’air qui fait du bien

Lacer ses espadrilles alors que la ville s’éveille à peine. Revêtir son chapeau d’explorateur et s’enfoncer dans le bois à la recherche de trésors naturels.

Briser le miroir du lac de sa pagaie et glisser doucement sur l’eau. S’agripper à la paroi, monter, dompter sa hauteur. Quelle belle façon de se sentir en vie, vivant dans l’aventure, la tête au vent, l’esprit dans l’air.

Le plein air combiné à l’activité physique est une solution naturelle à tous les mots du monde. C’est dans un moment d’évasion ou de dépassement que l’on peut entendre vibrer son véritable moi, la voix, notre voie.

À grand coup de pédales, on peut devenir « invincible, intouchable et immortelle » comme le dit Daniel Bélanger. Il y a certes son lot de défis à relever lorsque l’on fait du plein air, la stimulation peut être plus ou moins intense selon le désir. Une chose est certaine, elle nous propulse directement dans un état de mission accomplie, de défis relevés, de fierté quoi! N’existe-t-il pas de plus beaux moments que celui d’être fier de soi? Ce sentiment ne peut qu’engendrer une dépendance au plein air et le désir de recommencer dès que l’occasion est au rendez-vous.

Le contact avec les éléments naturels contribuent fortement à améliorer et à préserver la santé qu’elle soit physique ou mentale. Augmenter l’estime de soi, éloigner le stress grâce à l’activité physique valorisante tout en sociabilisant, voilà une combinaison gagnante pour toucher sa plénitude intérieure. Se retrouver en nature est sans aucun doute la meilleure façon de reposer le cerveau.

Là où le réseau synthétique n’existe pas, que le moment vit au rebord du temps. Les bienfaits ne peuvent être que remarquables et sensibles. L’accès à la nature est vital et chanceux comme nous sommes, notre cour en est pleine.

Santé!